archilinux.org - architecture, linux et infographie

découvrir, utiliser le système gnu/linux et les logiciels libres, par la pratique










ARCHITECTURE


LINUX


TECHNIQUES


MATERIEL


DIVERS


Rechercher :


Voir le glossaire pour les termes employés


A propos de ce site et de l'auteur


Accueil du site


me contacter



Astuces PDF

Voici un certain nombre d'astuces tournant autour de fichiers PDF.


Extraire un plan DXF d'un fichier PDF vectoriel. Pour cela, installer pstoedit : apt-get install pstoedit

Ensuite la commande est assez simple et le résultat plutôt rapide (remplacer « source » par votre nom de fichier et « cible » par le nom de vôtre choix) :

pstoedit -f dxf source.pdf cible.dxf


Tapez pstoedit -help pour connaître les options.

Il existe un utilitaire du même genre pour extraire les textes mais que je n'ai pas encore testé : pstotext.



Récupérer la mise en page d'un PDF protégé par mot de passe (sans le connaître) aussi nommé « crypté ». Attention toutefois d'en avoir le droit !

Ouvrez le fichier dans Inkscape (à installer préalablement bien sûr). Choisissez la page voulue et sélectionnez le contenu en faisant un clic gauche au milieu sur un texte, une image ou un cadre de sélection entourant toute la page.

Faites ensuite un clic droit sur un un objet texte ou image (pas dans le vide) et choisissez dégrouper dans le menu.

Il ne vous reste plus qu'à désélectionner le tout en cliquant n'importe où sur la page, puis à enregistrer le fichier en PDF.

Le seul inconvénient de cette méthode : le faire page par page.



Crypter un PDF. Cela dépend du logiciel. Je fais la plus part de mes mises en pages sous Scribus qui gère parfaitement les droits et mots de passe.

Il empêche au choix : l'impression, le copier-coller, la modification, l'ajout d'annotations et de champs.

Il est également possible de protéger la visualisation par un deuxième mot de passe.



Transformer un PDF vectoriel en PDF bitmap (pour ne pas faciliter la tâche d'un copieur ...)

J'ai été confronté à un cas très désagréable : un partenaire sur une affaire a pompé mon travail, sans me citer, au prétexte de sous traitance. Je n'ai pas du tout apprécié mais dans ce cas de figure, le mandataire copieur est dans son droit. Là où cela ne va pas, c'est que ce n'était absolument pas convenu comme cela.


Si le cryptage ne vous suffit pas (la preuve ci-dessus que c'est contournable), il existe plusieurs méthodes pour contrecarrer le copieur. Ce ne sont pas forcément des solutions idéales mais elles sont fiables.

Une économiste avec laquelle je travaille régulièrement, imprime son dossier, le scanne puis en fait un PDF. C'est une solution mais il y a forcément une perte de qualité non négligeable.

Cela m'a donné l'idée de faire un document bitmap de qualité et sans perte en utilisant imagemagick. Cet utilitaire est souvent présent dans la plus part des distributions parce qu'il sert de convertisseur à de nombreux logiciels. Sinon installez-le. Par exemple pour debian/ubuntu : apt-get install imagemagick


La procédure est simple :

1) Transformer chaque page du PDF en image :

convert -density 150 source.pdf -quality 100 cible.png

Vous obtenez une série de fichier png commençant par cible (ce terme est à remplacer selon votre choix).

-density : gère la qualité de sortie du PDF, en ppp/dpi

-quality : gère la compression de l'image (100 = pas de compression)


Vous pouvez utiliser un autre format que le PNG mais c'est à mon avis celui qui présente le meilleur résultat.



2) Associer les fichier png en PDF :

convert -compress jpeg *.png document.pdf

(remplacer « document » par le nom de votre choix mais sans espace ni caractères spéciaux)


Attention : les premières images extraites ont une numérotation du type 0, 1, 2, 3, … et non 00, 01, 02, 03, …

Cela pose problème lors de l'assemblage parce que par exemple la n° 3 sera positionnée après la n° 30, la n° 4 après la n° 40, etc.

Donc avant l'assemblage, vous devez renommer les pages n° 1 à 9 en n° 00 à 09.



A titre d'exemple, pour un fichier PDF A4 vectoriel de 50 Mo avec 68 issu de Scribus :

Avec une qualité d'image de 150 ppp, le fichier PDF bitmap fait 30 Mo (moins de 1 minute pour les deux commandes) . Cette qualité est très suffisante pour la lecture et l'impression.

200 ppp = 45 Mo (2 mn)

300 ppp = 81 Mo (4 mn)



Assembler des PDF.

En console : pdfunite document1.pdf document2.pdf documentX.pdf document_final.pdf

Avec pdfunite vous pouvez assembler autant de pdf voulu. Nommez « document_final » au choix.


Avec interface graphique : il en existe plusieurs PDFSam, PDFShuffler (que j'utilise), ...

Ces utilitaires facilitent grandement l'usage et permettent notamment de contrôler les orientations de pages et l'ordre.



Récupérer des fichiers effacés

Il y a quelques années, suite à une grosse bourde ou un plantage (je ne sais plus mais le résultat fut le même) j'ai écrasé des fichiers importants et je m'en suis aperçu bien plus tard. Passé l'angoisse et après une longue recherche, j'ai découvert un utilitaire bien pratique pour récupérer mes fichiers : Photorec.

Il est inclus dans une suite d'outils de disque nommée TestDisk qui offre de nombreuses possibilités en terme de réparation de secteurs, partions, …

Pour l'installer, reportez-vous au site. Pour les utilisateurs d'Ubuntu et dérivés, il est dans les dépôts :

apt-get install testdisk



Bon je ne vais rien inventer et surtout je ne vais pas recopier bêtement le manuel d'utilisation. A l'époque je n'avais que le manuel en anglais. Aujourd'hui il est en français et très bien fait.

http://www.cgsecurity.org/wiki/TestDisk_Etape_par_Etape


http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec_FR

http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec_Etape_par_Etape



Lien symbolique

Vous avez installé une nouvelle application a l'aide d'une archive compactée, ou d'un autre type, mais elle se trouve dans votre répertoire /home/utilisateur

Ouvrez une fenêtre de console (xterm) et tapez su, puis entrez votre mot_de_pass_root

Tapez mc (pour ouvrir Midnight Commander),

dans la fenêtre de droite, allez dans /usr/local/share/ et dans celle de gauche /usr/local/bin/

Copiez le répertoire de cette application dans /usr/local/share/



A droite, mettez le curseur sur le fichier de lancement de l'application (dans cet exemple phoenix) et allez dans la fenêtre de gauche (touche Tab)

Appuyez sur la touche F9 pour accéder au menu, puis allez sur Fichier et descendre sur Lien Symbolique et validez (Entrée)


Appuyez à nouveau sur Entrée

le lien est créé, cela permettra, en suivant les instructions suivantes, de lancer automatiquement l'application.

Retourner en haut de la page



Surveiller le système (éviter les ralentissements)

Il arrive, que pour une raison inconnue, votre machine ralentisse. Ce qui arrive le plus souvent, est ce que l'on appel un « processus fou », c'est à dire, une application qui travaille trop ou pas correctement (je ne détaillerai pas ...).

L'idéal est de surveiller votre machine, en profitant de la place libre d'un bureau, pour y laisser en permanence les outils nécessaire. Vous avez deux possibilité : l'outil « top » du mode console, ou Gkrellm et un utilitaire de gestion des processus, comme kpm ou Ksysguard.

Top - outil complet

Vous pouvez l'utiliser soit en mode console, sous sous X (environnement graphique). Pour ce dernier cas de figure, ouvrez une fenêtre console et tapez top (et Entrée).

Un gros défaut malgré tout, est qu'il est limité par la taille / résolution écran. Ainsi, il n'affichera qu'un nombre limité de processus, les autres étant « hors écran ». Un processus fou / planté, peut prendre peu de ressources système et ne pas apparaître. Il devient difficile de trouver son Pid pour l'éliminer.



Pour tuer un processus gênant (voir en fonction de %CPU et %MEM, si l'un d'eux occupe trop de ressources systèmes), pressez la touche «  k  » et entrez le numéro (PID) du processus.

Retourner en haut de la page



Gkrellm et Kpm

Gkrellm, permettra notamment de vérifier l'occupation du CPU (le processeur). Utilisez par exemple Gkrellm ( apt-get install gkrellm dans une console).

Utilisez ensuite un utilitaire capable de « tuer » un processus et aussi dans ce cas de les surveiller. J'utilise pour cela KsysGuard (présent dans la plus part des distributions). Vous pouvez aussi le lancer avec Alt+F2 et en tapant kpm.

Si Ksysguard n'est pas présent, recherchez l'archive nécessaire sur www.kde.org ou utilisez Urpmi ou encore apt-get (reportez vous à la rubrique installation de logiciels pour plus de détails).



Voilà comment cela se traduit : Dans Ksysguard (ou KPM), un processus apparaît comme dominant. Pour le voir en tête de liste, cliquer sur Système% .

Dans ce cas, les 68% peuvent ne pas être alarmants, quand on ne connaît pas le processus en question, d'où l'intérêt d'un double contrôle avec Gkrellm. Dans celui-ci, on observe que le graphique du CPU est saturé.


Vous avez trois solutions :

- Soit dans Ksysguarg, vous cliquez sur le processus (la ligne devient épaisse - en bleue ou autre) et cliquez sur le bouton Tuer.

- Soit, toujours dans Ksysguard, vous repérez le numéro PID (celui du processus), puis dans une console, vous tapez kill PID. Mais le plus simple est de tout faire dans Ksysguard ...

- Soit, lorsqu'il s'agit d'une application visible à l'écran (mozilla, openoffice, ...), pressez simultanément les touches Alt+Ctrl+Echap , le curseur devient une tête de mort : cliquez sur l'application à « tuer ».

Retourner en haut de la page


Dernière mise à jour septembre 2016